Menu

Salon de la plongée 2020, on y était !


« Sous l’eau, on oublie les ruminations liées au stress ou à la vie de tous les jours ! »


Crédit photo : Jean Barat
Crédit photo : Jean Barat


« Si les premiers résultats montrent une réduction des symptômes pour l’ensemble de la population incluse dans l’essai, les analyses détaillées indiquent que seul le groupe BathysMed est en rémission clinique », explique le Dr Mathieu Coulange, face à une salle comble le 10 janvier dernier au Salon de la plongée.
 
« On n’a aucun effet secondaire, ce qui vient contredire les critiques et les mises en garde reçues de la part de nombreuses personnes, dont des psychiatres, avant nos essais cliniques, continue le médecin. Et nous avons obtenu les mêmes résultats en faisant plonger le groupe témoin à Marseille, ce qui montre qu’il n’y a pas besoin d’eau turquoise ! » L’occasion de rappeler que BathysMed est un protocole simple, qui permet d’agir efficacement sur des pathologies qui constituaient avant des contre-indications à la plongée… Une récente étude menée par des chercheurs anglais obtient des résultats similaires.
 
Frédéric Beneton, qui a co-fondé BathysMed, rappelle la genèse du projet dans la vidéo projetée aux participants : « Dans les cas de stress post traumatique, nous nous sommes demandé si l’activité plongée ne pouvait pas apporter un plus avec des effets bénéfiques, voire thérapeutiques. Au vu des bénéfices pour les gens en bonne santé de l’essai CogniDive, nous avons rapidement décidé de mettre au point et de tester un protocole auprès de personnes souffrant de stress pathologique. » C’est ainsi qu’est née la rencontre avec les rescapés du Bataclan, embarqués pour l’essai DivHope en 2017. 
 
« Sous l’eau, détendeur en bouche, on installe naturellement une respiration ample et lente, avec un phénomène de cocooning, souligne Vincent Meurice, sophrologue et directeur du club de plongée Atlantis en Guadeloupe, co-fondateur de BathysMed. On travaille beaucoup, les yeux fermés, sur la respiration ventrale, la cohérence cardiaque et la détente musculaire avec des exercices sur le schéma corporel. Le but est de renouer avec une vigilance sereine portée à soi-même, de solliciter le cerveau reptilien pour se reconcentrer sur son ressenti. Sous l’eau, on oublie les ruminations externes liées au stress ou à la vie de tous les jours ! »
 
Vanessa Grouiller, qui est à l’origine avec Frédéric Beneton du week-end de plongée BathysMed organisé pour les « Enfants de la Lune » en Août dernier, commence son intervention en proposant une mini séance de relaxation, très appréciée par les participants. « L’objectif est de déplacer le négatif, de changer de vision et de regard en travaillant les sens et la pleine conscience, explique l’instructrice. Des études récentes ont montré que votre cerveau peut être modifié et réadapté en 3 semaines, et en quelques jours de plongées de BathysMed, on observe déjà des effets ! »
 
« Devenez explorateur de vous-mêmes ! », lance Vanessa, qui rappelle que « tout ce qui est mis en place pour ces plongées BathysMed apporte beaucoup aux élèves mais aussi aux moniteurs ». En témoignent les clubs CIP Fréjus et Béluga, présents sur le salon et dont les moniteurs brevetés accompagnent le grand public en plongées BathysMed.

JEROME GAULIN